Site informatif et pédagogique - Ne peut en aucun cas se substituer à une consultation médicale

La lésion dite "extrinsèque"

Le traumatisme du muscle est consécutif à un coup, un choc externe ("béquille")

La lésion dite "intrinsèque"

Le traumatisme musculaire est lié à une sursollicitation ou à un étirement trop important de la fibre musculaire qui engendre une destruction de celle-ci (élongation, claquage, etc.) Cf. classification des lésions musculaires.

La conduite à tenir

1. STOPPER
Arrêter son activité, autrement dit sortir du terrain, si la douleur ne passe pas.

2. GLACER
Appliquer immédiatement une poche de glace sur la zone touchée.
Il faut glacer maximum 15 minutes, pour ne pas brûler la peau, et renouveler l'opération toutes les heures jusqu'au soir si possible.

3. COMPRESSER
Appliquer le plus rapidement possible une bande élastique (de type Coheban®) autour du membre atteint.
Attention : s'il s'agit du mollet, ne pas trop serrer, sous peine de provoquer une diminution trop importante du flux sanguin (risque de "phlébite" = caillot dans une veine)
Il est conseillé de laisser la compression entre 3 et 6 heures en tout.
Il faut l'enlever avant d'aller se coucher le soir.
Conseil du Doc
Maintenir la poche de glace pendant 15 minutes, puis appliquer la bande élastique de compression pendant 1 heure. Ôter la bande et re-glacer 15 minutes, puis remettre la bande et ainsi de suite, pdt 3 à 6 heures.
4. TRAITER
Acheter Arnica Montana 9CH, 2 tubes de granules, en pharmacie (sans ordonnance).
Prendre 5 granules, 5 fois par jour, pendant 5 jours, en dehors des repas (laisser fondre les granules sous la langue sans croquer, ni avaler).
[Cliquez pour en savoir plus sur les traitements homéopathiques.]
Ne pas prendre d'anti-inflammatoires, ni d'aspirine, que ce soit en comprimés ou en pommade.
Prendre éventuellement du paracétamol, si la douleur est trop importante (dose adulte : 1 g toutes les 6 heures).

5. REPOSER
Il est conseillé de ne pas reprendre son activité sportive tant que la douleur est présente.
Si le traitement est effectué comme expliqué ci-dessus, la durée d'arrêt est assez courte (entre 1 et 7 jours maximum).

La conduite à tenir

1. STOPPER
Arrêter de suite son activité sous peine d'aggravation. (même si l'on ne ressent qu'une "pointe" au niveau du muscle)

2. GLACER
Appliquer immédiatement une poche de glace sur la zone touchée.
Il faut glacer maximum 15 minutes, pour ne pas brûler la peau, et renouveler l'opération toutes les heures jusqu'au soir si possible.

3. COMPRESSER
Appliquer le plus rapidement possible une bande élastique (de type Coheban®) autour du membre atteint.
Attention : s'il s'agit du mollet, ne pas trop serrer, sous peine de provoquer une diminution trop importante du flux sanguin (risque de "phlébite" = caillot dans une veine)
Il est conseillé de laisser la compression entre 3 et 6 heures en tout.
Il faut l'enlever avant d'aller se coucher le soir.
Conseil du Doc
Maintenir la poche de glace pendant 15 minutes, puis appliquer la bande élastique de compression pendant 1 heure. Ôter la bande et re-glacer 15 minutes, puis remettre la bande et ainsi de suite, pdt 3 à 6 heures.
4. TRAITER
Acheter Arnica Montana 9CH, 2 tubes de granules, en pharmacie (sans ordonnance).
Prendre 5 granules, 5 fois par jour, pendant 5 jours, en dehors des repas (laisser fondre les granules sous la langue sans croquer, ni avaler).
[Cliquez pour en savoir plus sur les traitements homéopathiques.]
Ne pas prendre d'anti-inflammatoires, ni d'aspirine, que ce soit en comprimés ou en pommade.
Prendre éventuellement du paracétamol, si la douleur est trop importante (dose adulte : 1 g toutes les 6 heures).

5. REPOSER 8 JOURS MINIMUM
Lorsque vous ressentez ce type de douleur, le stade lésionnel (Cf. classification des lésions musculaires.) est au minimum un stade I. Ce qui nécessite un repos de 5 à 8 jours pour une bonne récupération.
Si, lors de la reprise après 8 jours, la douleur est toujours présente, c'est que nous sommes sur un stade lésionnel plus important ( IIA, IIB, etc.. ) et il est alors conseillé de consulter un médecin du sport pour établir un diagnostic précis.

6. CONSULTER>
Si la douleur réapparaît au même endroit après 8 jours de repos, Il est conseillé de consulter un médecin du sport, qui pourra faire un diagnostic précis aidé par un examen complémentaire de type échographie, voire IRM.
L'échographie, beaucoup plus simple et facile à obtenir qu'une I.R.M., permettra de donner le stade de la lésion (Cf. classification des lésions musculaires.) et de déterminer précisément la durée d'indisponibilité.
De plus, une lésion musculaire plus grave peut parfois nécessiter une rééducation par un kinésithérapeute, et seul le médecin pourra vous la prescrire.
  • Que risque-t-on si on ne soigne pas bien ce type de lésion ?

    Si le sang stagne dans le muscle parce qu'on n'a pas fait ce qui fallait pour le drainer, l'hématome peut "s'enkyster "c'est-à-dire former une boule dure à l'intérieur du muscle. Cela provoque des douleurs importantes par la suite, empêchant la pratique du sport.
    Dans certains cas extrêmes, c'est un traitement chirurgical qui sera nécessaire, alors soyez prudents !
  • Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

    1- Continuer son activité alors que la douleur est bien présente.
    D'une part c'est inutile puisque on ne peut pas être performant, et d'autre part, on prend le risque d'aggraver la blessure et de devoir s'arrêter plus longtemps par la suite.
    2- Mettre du chaud ou une pommade anti-inflammatoire chauffante.
    À l'inverse du froid qui est conseillé pour éviter le saignement dans le muscle, la chaleur va augmenter ce saignement, et aggraver la blessure.
    Donc PAS DE CHAUD !!
  • Que risque-t-on si on ne soigne pas bien ce type de lésion ?

    Tout simplement passer d'une lésion de stade IIA à une lésion de stade III par exemple , autrement dit passer d'un arrêt de 10 jours à un arrêt de six semaines à trois mois…
  • Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

    1- Continuer son activité alors qu'on a ressenti une douleur musculaire inhabituelle.
    D'une part, c'est inutile puisqu'on ne peut pas être performant et, d'autre part, on prend le risque d'aggraver la blessure et de devoir s'arrêter plus longtemps par la suite.
    2- Mettre du chaud ou une pommade anti-inflammatoire chauffante.
    À l'inverse du froid qui est conseillé pour éviter le saignement dans le muscle, la chaleur va augmenter ce risque de saignement, et donc aggraver la blessure.
    Donc PAS DE CHAUD !!
    3- Reprendre son activité trop tôt
    Il faut respecter le délai de 8 jours cité plus haut, ou le délai qui vous sera donné par le médecin du sport si vous êtes amené à le consulter.
    Toute reprise trop précoce peut aggraver une blessure, ou engendrer une ou plusieurs récidives, ce qui multiplie par 2 la durée d'indisponibilité sportive…